Un Hiver tout en vert

On distingue le mont TaranakiPas d'hiver pourles petits maorisLac Tarawera, promenadePonton rêveur, taraweraParmis les fougères de TaraweraMamaku fern (ou grande fougère arborescente)
Au bord du lac OkarekaMarécage d'OkarekaFin d'une belle journéeLa Nuit tombe au lac OkarekaBush du lac OkarekaAu pied de la cascade, Bridal Veil falls
Palmiers Nikau et fougères sur la rivièreBridal Veil FallsLes trois copainsLes trois bambinsLa Maison de Phil et Emily, nos hôtesEn Haut de la colline
Ascension est du mont KarioiLe Sommet est prochePhil et Sylvain au sommet du mont KarioiVue depuis le mont KarioiLa Mousson des mouettesSautez dans les flaques !

Un hiver tout en vert, un album sur Flickr.

De douces températures et un beau ciel bleu, les paysages sont toujours verts car les arbres natifs ne perdent pas leurs feuilles… Quel hiver estival en Nouvelle-Zélande !

Publicités

Au bord du lac Tarawera

Nous venons de passer deux belles semaines au bord du lac Tarawera, prêt de Rotorua.

Coup de coeur, 10 mois plus tôt

C’est un petit bijou qui nous a attirés dès que nous sommes arrivés en Nouvelle-Zélande, en septembre dernier. La vie semblait si douce, au bord du lac ! Et le Mont Tarawera semblait veiller sur cette nature encore préservée (et pourtant il est plutôt menacant, lors d’une éruption en 1886, il a détruit un village entier)…

Septembre 2011

Alors quand Liz et Mike nous ont proposé de venir les aider un peu dans leur maison au bord du lac, nous n’avons pas hésité longtemps avant de les rejoindre.

Nos hôtes savaient profiter de la vie, et aimaient partager avec nous les petits bonheurs de leur cru. Nous sommes allés pique-niquer sur leur bateau, au milieu du lac.

Surtout nous avons fait une magnifique randonnée au fil de l’eau

Et nous avons marché jusqu’à à des sources chaudes délicieuses !

Nos tâches étaient variées : du jardinage au découpage du bois…

Ceux qui ont vu le film « Fargo » comprennent mon malaise face à la broyeuse…

Sylvain a construit une table à partir d’un rondin de bois, je devais peindre des oiseaux sur des chauffages

Nous nous sommes occupés des deux petits chiens… Bref, on avait la vie douce et tranquille !

Alors nous garderons toujours dans un coin de nos têtes l’image de ce petit coin charmant

Qui ne perdait pas son charme à la nuit tombée.

Nous avons déjà repris la route vers d’autres horizons ! La fin de notre séjour en Nouvelle-Zélande se profile, mais il nous reste toujours à découvrir…

Chasse, pêche, et tradition kiwie

On n’en finit pas d’être accueillis par des familles qui nous ouvrent grand les portes de leurs univers. A chaque fois, nous en ressortons grandis de nouveaux savoirs-faire, d’une nouvelle perspective de vie, et tenus par un nouveau lien d’amitié.

Cette fois-ci, c’est à Tauranga que la famille Ensor (Raewyn et Hugh les parents, Sarah leur fille, Ella leur petite fille de bientôt quatre ans, et Chico le chien ) nous a invités à passer deux semaines environ dans sa grande maison qui donne vue sur le Mount Maunganui.

Le grand jardin est rempli de poules de toutes espèces, Raewyn en collectionne plus de deux cents !

Nous les avons d’abord aidés à repeindre la terrasse

Et puis ils nous ont fait une belle proposition : Sylvain devait désherber la jungle du voisin, envahie de mauvaises herbes qui s’attaquaient à la propriété de nos amis. Après cinq jours de découpage acharné de plantes coriaces, Sylvain a été récompensé de $1000 !

Avec eux la vie était joyeuse et pleine de découvertes. Nous avons profité des journées ensoleillées pour explorer les alentours

Ils nous ont invités à des sources d’eaux chaudes, et nous sommes allés ramasser des coquillages au doux nom de « Pipi » (j’adooore les noms maoris).

Nous avons même été introduits au monde des chasseurs. C’est qu’ici la chasse est un sport fortement répandu, à la mode, qui attire les jeunes et même les filles. Pendant notre séjour avait justement lieu un grand tournoi : des équipes de quatre chasseurs intrépides devaient attraper quatre animaux (un cerf, un cochon, un faisan, une truite). Hugh et Sarah y participaient, un soir ils nous ont ramené tout excités un gros cerf…

C’était la première fois pour nous qu’on se retrouvait nez à nez avec un animal mort de cette envergure, et j’avoue que ça m’a un peu remuée (la nuit, encore perturbée, je me suis révée en Princesse Mononoke libérant l’esprit du cerf).

A la fin du concours, nous nous sommes rendus à la soirée de remise des prix, et c’était assez étrange de retrouver, en face de la scène musicale, les captures pendantes qui embaumaient l’atmosphère de leurs effluves bestiales (en somme, ça fouettait !).

Mais ce qu’on adorait, c’était surtout les sorties de pêche en mer (la famille Ensor propose des parties de pêche à bord de ses trois bateaux).

La première sortie, en plein reportage Thalassa, je me suis plu à observer, canardant de photos le bateau, les poissons et les pêcheurs.

Et puis, j’ai combattu mes a priori (« je n’aurai jamais la patience ! Il fait trop froid, le bras pendu en plein air marin à tenir cette canne qui ne brasse que de l’eau »), je me suis mise à pêcher… Et j’ai bien aimé, même quand je n’attrapais rien ! Mais c’est tout de même plus rigolo quand on sent le poisson accroché à l’hameçon…

La dernière journée on en a attrapé plus d’une dizaine avec Sylvain !

Et c’est en discutant des différentes façons de cuisiner le poisson avec un compatriote maori, que j’ai été frappée d’un coup de conscience : dire que ça m’était devenu évident d’être à bord d’un vieux rafiot à l’autre bout du monde, avec à mes pieds des dizaines de poissons morts, à écouter les conseils culinaires d’un inconnu tout tatoué !

Cela fait dix mois déjà que nous sommes des voyageurs, sans maison, sans travail, sans quotidien, heureux de se sentir si libres. Je me suis bien vite adaptée à cet état : me sentir riche de nouvelles idées, de rencontres surprenantes, et le goût des nouvelles saveurs, le regard attiré par l’inconnu… Je me dit que je voudrais garder ce point de vue, poursuivre le voyage au delà de la Nouvelle-Zélande : la vie ne vaut-elle pas d’être vécue comme une odyssée, un voyage perpétuel ? Est-ce que j’arriverai à préserver mon regard de voyageuse quand j’aurai un chez-moi, est-ce que j’irai à la rencontre de mon voisin de palier comme nous nous sommes rapprochés des familles né-zélandaises ? Je l’espère…

Début d’hiver à la mer

Promenade éclatanteEastern RosellaP1050591Promenade à KatikatiKatikati Bird GardenPauvre moa disparu
Drôle de perchoirOngare BeachLe banc des copinesLe roi de la forêtKauri "Tuahu"Pêche à Kauri point
Bébé feuilleAu Sommet de la PéninsulePlage de Bowen TownForêt native toujours vertePêche victorieusePlage de Waihi Beach
Pêche heureuseLes Mouettes de Waihi BeachDanse de fin du tunnelDanse des minesKarangahake GorgePont des mines

Début d’hiver à la mer, un album sur Flickr.

Et oui aux antipodes l’hiver s’est installé… Mais ça ne nous empêche pas de profiter des beautés néo-zélandaises ! Ce mois de juin, nous avons adoré la mer, les plages… Et nous sommes devenus des pêcheurs du tonnerre.

On vous souhaite un bel été !