Au Sud du Laos

Nous avons été enchantés pas le sud du Laos.

A moto nous nous sommes promenés quatre jours au Plateau des Bolovens. L’endroit est connu pour son microclimat aux températures fraîches, ses cascades et sa production de café fort réputé. Et c’est vrai qu’on en a vu des cascades !

Parfois perdues au milieu de pistes poussiéreuses, isolées dans la jungle et les rochers, d’autres fois envahies de touristes Laotiens ou Thaïlandais de la classe aisée. Ils étaient drôles ces derniers, en groupes serrés à prendre des photos par dizaine, et essayer toutes les poses devant la cascade… Et ils nous photographiaient comme de vraies curiosités ! La chute d’eau n’était plus qu’un prétexte pour se prendre en photo avec nous à leurs côtés, touristes européens qui fascinaient les touristes asiatiques…

A moto on se sentait plus libres, on pouvait visiter tous les sentiers, s’offrir des baignades rafraîchissantes dans la rivière, puis repartir sur la piste comme de vrais aventuriers.

Nous avons passé deux nuits à Tatlo, village paisible au pied des cascades

Où il faisait bon s’attarder dans les hamacs, regarder les enfants jouer dans l’eau. Puis se libérer de l’engourdissement en plongeant dans l’eau fraîche à son tour…

Avant d’aller saluer les éléphants !

Entre Sekong et Paksong nous avons roulé sur une piste des plus cahoteuses, dans un nuage continu de poussière… Et je dois rendre hommage aux qualités de pilote intrépide de Sylvain !

Paksong, ville aux allures de Far West asiatique ne nous a pas laissé un souvenir mémorable. Mais nous nous sommes promenés dans la campagne alentour à travers les plantations de café, les cours d’eau et les cascades toujours.

Les paysans nous accueillaient et nous guidaient dans les sentiers et les vergers. Lorsque nous nous sommes allongés encore une fois au bord de la rivière, une bande d’enfants s’est approchée. Tout curieux ils nous dévisageaient.

Ils ont vu notre guide de voyage, et se sont jetés dessus à la recherche d’images.

Une petite s’est emparée de mon stylo, elle l’a contemplé, s’est mise à dessiner sur la paume de sa main avant de le reposer, comme à regret. Alors mon petit cœur trop mou n’a pas résisté, je lui ai donné mon stylo. Pas très malin de ma part car alors tous les enfants se sont rués sur moi en tendant leurs mains ! Je n’avais plus qu’un crayon et quelques barrettes à leur donner, alors bien sûr certain sont partis en courant de joie, et d’autres la mine boudeuse en traînant du pied… Nous avons acheter d’autres stylos maintenant. Pour ces enfants qui ne vont pas à l’école et qui nous demandent de quoi gribouiller, à défaut des livres qu’ils ne savent pas déchiffrer…

Après ces aventures à moto, nous nous sommes rendus à l’extrémité sud du Laos. Quoi de mieux en effet après les routes accidentées qui nous avaient engourdi les fesses que de se prélasser dans un hamac sur une petite île au milieu du Mékong ?

Si Phan Don ou 4000 îles est un archipel d’îlots qui s’étendent tranquilles sur le fleuve. Nous avons posé nos valises dans une cabane au bord de l’eau à Don Det, l’île la plus populaire. On lui trouvait tout de même des airs de station balnéaire, avec ses bars identiques qui défilaient en même temps que les agences touristiques, les habitants peu aimables et le bruit continu des perceuses (les bungalows se construisent à la chaîne !). Mais il suffisait d’enfourcher un vélo pour s’éloigner de l’agitation touristique

Et l’on découvrait un paradis encore intacte, slalomant entre les cocotiers de Don Khon et Don Det, les rizières et les cabanes oubliées.

C’était un spectacle saisissant à la fin de l’après midi, quand le jour déclinant jetait partout ses lumières dorées.

Les animaux envahissaient les champs, les paysans reprenaient leur labeur interrompu plus tôt sous la chaleur de midi : l’heure était à la récolte du riz.

Et les enfants jouaient autour des sarongs de leurs mères qui terminaient leur dernière tâche. Alors, juste avant que le soleil ne disparaisse tout à fait, on se précipitait en terrasse avec une bière bien fraîche, et l’on contemplait les décors rougeoyants du Mékong…

Nous avons quitté le Laos en kayak !

Quelques coups de pagaie dans les rapides autour des chutes d’eau nous ont suffi pour atteindre le Cambodge.

Et nous avons eu un beau cadeau d’adieu : nous avons rencontré beaucoup de dauphins d’eau douce ! Ces dauphins de l’Irrawaddy sont une surprise de la nature, ils peuvent vivre dans les eaux salées aussi bien que dans les eaux douces !

(photo tirée du site ameliadolphinprotection)

Pourtant ils sont en grave danger d’extinction, la pêche à l’explosif ayant ravagé la faune et la flore du Mékong… Mais, de les entendre souffler à la surface comme de petites baleines, et de les voir sortir des eaux sombres du fleuve, on s’est dit qu’il y avait sans doute encore un peu d’espoir…

Adieux, charmant et tranquille Laos…

Publicités

Au Centre du Laos

Le centre du Laos est souvent méconnu des voyageurs, qui préfèrent ne pas s’arrêter entre la capitale et le sud du pays. Pourtant nous avons adoré y passé quelques jours.

Thakhet et ses effluves malodorantes, ses grandes rues salles et peu accueillantes nous ne a pas franchement séduits. Mais peut-être qu’il nous fallait tout simplement un temps d’adaptation, car à Savannakhet sa sœur jumelle un peu plus au sud, nous avons été charmés par la tranquillité de cette ville qui s’étire et s’endort le long du Mékong, les gens si surpris de croiser des étrangers…

Nous avons été peu à peu séduits par ce silence des villes plombées par la chaleur, ces joueurs de pétang qui ralentissent leurs gestes, ces villes toutes entières à la sieste… Mais qui, dès le soir venu, s’animent et se maquillent comme pour un jour de fête.

Les bords du Mékong se décorent de tables et de guirlandes multicolores, les gens se promènent bien habillés, et c’est le défilé des vélos et des petites motos. On entend les airs de karaoké en écho, et des groupes de sportifs s’échauffent en musique. Quand la nuit arrive, la Beerlao se savoure à toutes les tables, et on déguste souvent la fondue coréenne dans les gargotes au bord de l’eau.

Mais ce qui fait le charme incontestable de cette région, c’est bien sûr sa campagne, ses nombreux parcs, et ses multiples grottes-galeries. Nous avons rencontré un couple d’Allemands Sven et Annalisa

Et avec eux nous avons découvert quelques trésors de cette région.
De Ban Koum Khan nous avons rejoint la célèbre grotte de Tham Khong Lo à moto.

De la route on apercevait les gens dans les rizières.

Arrivés face à la grotte, sous le tintamarre particulier des cigales (le bruit d’un aspirateur, en plus aigu) des guides nous ont conduits dans cette cavité de 7 km de long, en pirogue à moteur.

On pouvait admirer grâce aux lampes torches l’architecture naturelle de la grotte

L’ambiance était toute mystérieuse, une traversée au royaume des ombres…

Pour être éblouis, de l’autre côté, par la lumière de la forêt.

La jungle était plus profonde encore

Et le petit village (trois cabanes penchées et quatre vaches) nous semblait des plus reculés, coupé du reste du monde par cette immense grotte forteresse.

Un autre jour, nous avons fait un trek dans la zone nationale protégée de Phou Hi Poun. Nous avons parcouru d’abord quelques villages et découvert de plus prêt la récolte du riz

Puis nous nous sommes enfoncés dans la forêt. De temps en temps des plaines apparaissaient

On traversait des rivières sur des rondins de bois, on parcourait encore beaucoup d’autres grottes…

Et nous nous sommes rafraîchis plusieurs fois dans une superbe rivière bleue.

Nous n’avons pas eu la chance de rencontrer beaucoup d’animaux sauvages et même les oiseaux étaient absents, mais c’est qu’ils se méfient des hommes depuis qu’’ils sont chassés et mangés à tout va…
Par contre notre guide Mi nous a enseigné quelques astuces thérapeutiques que les laotiens puisent dans la jungle. Comme cette plante qu’on utilise en curatif du paludisme

Ou le cœur des arbres qu’on fait bouillir quand on a la diarrhée… Les fourmis rouges quant à elles serviraient comme remède au mal de tête, et ont peut aussi les utiliser comme assaisonnement, remplaçant la saveur du citron.

Nous les avons donc goûtées après que Mi ait écrasé dans ses mains ces charmantes fourmis (dont la morsure n’était pas très agréable). C’est vrai qu’il y avait un goût acide, mais la peau et les antennes se coinçaient dans nos dents, et ce n’était pas des plus ragoûtants, je dois le dire…

Nous sommes à présent parvenus au sud du Laos… Et on en profite toujours autant !
.

De Vientiane à Luang Prabang

Nous voici donc parvenus au Laos. Le train de nuit nous a transportés jusqu’à Vientiane, sa capitale.

L’ambiance y est détendue, la ville ressemble à un grand village, un trou paumé même en comparaison à Bangkok la survoltée. Mais nous nous accordons plus facilement à cette atmosphère paisible et sommeillante. Nous marchons tranquillement dans les larges rues, nous flânons d’un pas traînant et nous nous arrêtons souvent aux terrasses des cafés. C’est que cette chaleur humide nous colle à la peau. Nous avançons au ralenti, chaque geste s’alourdit, la léthargie nous gagne… Nous n’avons jamais eu aussi chaud ! Les Laotiens sont chics et frais, vêtus de leur sarong, sous leurs ombrelles colorées.

Nous étrangers tout juste sortis de l’hiver néo-zélandais, ne sommes que des « phoques échoués » (merci Papa pour cette belle image), amassés sous les ventilateurs.

Mais petit à petit nous parvenons à nous libérer de notre torpeur. A vélo nous parcourons la ville, nous visitons ses temples…

Que d’autres villes laotiennes nous attirent déjà !

Sur la route pour Luang Prabang, nous faisons halte à Vang Vieng, ville bien connue pour ces voyageurs trop fêtards qui ne viennent que pour goûter aux menus drogues proposés par les bars et se moquer des Laotiens en titubant torse nu dans les rues… Mais quelques mois plutôt les autorités ont mis fin aux excès après le nombre croissant de morts, et nous découvrons une ville tranquille, entourée de magnifiques falaises karstiques.

Elle a bien encore ses airs de station balnéaire artificielle, avec ses longs bars identiques qui proposent des sceaux de whisky-coca et diffusent à la chaîne des épisodes de friends… Mais dès onze heures du soir la ville s’endort totalement. Nous nous promenons en moto avec Marco un voyageur qui croise notre route

Et nous sommes tout de suite séduits par la charmante campagne

Les eaux bleues délicieuses pour la baignade, les petits villages…

Les maisons en bambou tressé ne semblent pas bien solides, les gens n’ont pas grand chose, mais on dirait tout de même un vrai petit paradis.

A notre passage, les enfants nous saluent de la main et nous crient « sabai-diiii » en cœur. Quel accueil !

Et puis nous montons vers le nord jusqu’à Luang Prabang.

Ville classée au patrimoine de l’Unesco, ancienne capitale royale du Laos, la ville est belle et agréable. Entourée par le Mékong et la rivière Nam Kham, c’est une petite péninsule où l’on s’attarde aux terrasses au bord de l’eau.

Les rues et les bâtisses rappellent la présence des Français.

Les moines en robes safran sont partout présents, et on observe leur procession au lever du jour.

Les temples roses nous charment aussi

Et nous nous laissons filer sur l’eau quelques heures, pour une courte croisière sur le Mékong.

Nous voici maintenant arrivés au centre du Laos, et nous continuons de nous régaler… A bientôt pour la suite de nos aventures au Laos !