Les oiseaux de Nouvelle-Zélande

Il aurait été dommage de quitter la Nouvelle-Zélande sans faire un petit article sur les oiseaux qui font la particularité du pays. Armés de notre guide sur la faune, de la paire de jumelles et de l’appareil photo, Elise et moi (eh oui !) avons sillonné les forêts.

Bien sûr, le kiwibird est l’emblème du pays, il est aujourd’hui menacé d’extinction. La cause : après avoir passé des milliers d’années tranquille sur ce bout de caillou, il a petit à petit perdu l’usage de ses ailes. Sans prédateurs, pas besoin de s’envoler. Forcément, ça lui a fait tout drôle de voir arriver les humains avec leurs lots de chiens, renards, furets… L’évolution n’as pas eu le temps de lui redonner ses aptitudes, il est donc devenu nocturne.
Nous avons quand même pu l’entendre quelques nuits mais notre seule chance de l’observer a été au zoo d’Auckland.

La Nouvelle-Zélande possède un grand nombre d’oiseaux endémiques dont le plus original est très certainement le Tui.

Il faut l’entendre devenir fou après avoir bu le nectar des flax et pohutukawas !

Pas étonnant que Tui soit devenu une marque pour le nectar du coin : la bière.

Dans la catégorie des oiseaux chanteurs, vous pouvez croiser au détour d’un arbre son copain le Bellbird.

Ici immortalisé par Elise sur un radiateur chez Liz et Mike.

Vous pouvez écouter son chant peu banal ici.

A l’inverse de ces deux oiseaux et de leurs cris sortis tout droit de la soupe aux choux, le New Zealand Pigeon est très discret, seuls ses gros battements d’ailes le trahissent, certainement le plus gros pigeon du monde (51cm) après le Notou de Nouvelle-Calédonie.

Comme le Kiwibird, beaucoup d’oiseaux ne volent plus depuis des millénaires. Le géant et légendaire Moa y a laissé ses dernières plumes il y a bien longtemps, chassé et dégusté par les maoris.

Aujourd’hui, il reste des espèces comme le Takahe ou le Kakapo qui ne doivent leurs survies que grâce à une poignée d’hommes qui les confinent dans des réserves et sur des petits îlots à l’abri des prédateurs et les aident à se reproduire.

Heureusement, il reste tout de même quelques Kéa et Kaka (si si !). Le premier est l’unique perroquet alpin au monde, il se montre volontiers pour des séances photos.

C’est un « naughty bird » comme les gens d’ici l’appellent car il fouillera bien volontiers dans votre sac pour trouver de la nourriture ou arrachera un bout de jointure de porte de votre belle voiture en pensant y manger quelque chose de vivant.
(Vous pouvez le revoir en vidéo dans cet article)

Le kaka est plutôt dur à apercevoir, une fois encore le zoo d’Auckland nous a sauvé la mise !

Il en reste bien d’autres à découvrir et vous pouvez avoir un aperçu en jetant un oeil à notre album photo sur la faune de Nouvelle-Zélande.

Les prochains animaux qu’on devrait apercevoir dans les semaines à venir devraient être plus du genre à grimper aux arbres ou d’autres à remuer leurs grandes oreilles…

Publicités