Aux petits bonheurs de Raglan

Nous voici parvenus à Raglan, petite ville du Waikato connue pour ses surfers et ses artistes, ses grosses vagues et ses orques.

Nous avons passé une première semaine chez Phil et Emily, dans leur petite ferme perdue au milieu des collines, mais bousculée par les cris de quatre marmots agités et joueurs.

Sylvain a adoré construire une maison pour les poules.

Qu’il réfléchit déjà à concevoir pour lui-même un poulailler roulant, qui nous suivrait au fil de notre route…

Moi je suis tombée sous le charme d’un petit agneau de quelques jours (si mignoooooon !), abandonné par sa mère (rrrrrrho !), et recueilli par Phil et Emily. Je devais m’occuper de lui, le nourrir au biberon. Il me suivait partout !

J’en ai la larme à l’œil quand j’y repense…

Mais en contrepartie de cette tâche adorable, j’ai eu à endurer une sacrée épreuve, digne d’un épisode de Fort Boyard, mais en pire. Je devais ramper sous la maison pour découper et retirer de grandes bâches en plastique qui recouvraient le sol. Ramper dans la pénombre, dans un sous-sol rempli d’araignées poilues, de scolopendres et autres espèces non-identifiés. Ramper dans l’eau croupie, respirer calmement pour ne pas sombrer dans la claustrophobie, apercevoir ses bestioles qui gigotaient autour de moi, sur moi… Et bien je suis fière de vous déclarer que je suis sortie victorieuse de cette étape, après plus de 4 heures passées dans les bouches de l’enfer ! Si j’ai tenue le coup, c’est bien sûr grâce à mon esprit téméraire et ma bravoure légendaire, mais aussi je l’avoue grâce au petit agneau, qui me suivait vraiment partout.

Mis à part cette péripétie, notre séjour à Raglan a été rempli de petits bonheurs en pagaille, telles nos randonnées sur les deux versants du Mont Karioi

Nous permettant des vues aériennes sur la mer de Tasman

Nous avons pu distinguer le Mont Taranaki, seul endroit de l’île du Nord que nous n’avons pu explorer.

Mais les gorges de Te Toto,

Et les chutes de Bridal Veil valaient également le coup d’oeil.

Ensuite nous avons séjourné chez Rose et Geoff les parents de Phil, qui avaient à notre disposition une sorte d’appartement privé-de luxe

Avec vue sur la mer :

Et un billard à notre disposition qui plus est.

Nous sommes aussi partis à la pêche aux moules sur la plage d’à côté.

Car s’il y a bien quelque chose que nous avons appris en Nouvelle Zélande, c’est bien l’esprit « do it yourself ». Que ce soit pour cultiver son propre jardin, déguster les œufs de ses poules ou le cerf de sa forêt, réparer le frigo, le lit, la chaussette, le toit, la fourchette… Et bien sûr l’incontournable de la pêche aux poissons, crustacés et coquillages ! Et c’est vrai que les moules, comme les mûres, ont une autre saveur quand on les a ramassées soi-même…

Nous avons profité de la bonne ambiance locale pour goûter à une soirée musicale au bar du coin (Raah, ça nous manquait !), et pour notre dernier jour Geoff, saxophoniste et animateur à ses heures à la radio locale, a fait une émouvante dédicace à « ses amis français Elise et Sylvain » (en anglais ça donne plutôt « iliz and sylver »), et L‘Accordéoniste d’Edith Piaf a résonné comme notre chanson d’adieu.

Un des fils Chris, artiste-recycleur et joyeux luron nous a même ouvert les portes de son atelier, nous révélant ses secrets de fabrication

Et on s’est amusé à réaliser une drôle d’horloge ensemble, que l’on a nommé « l’étrange Bob » !

C’est un beau cadeau que nous ramènerons dans nos bagages, en souvenir de tous les originaux, rustiques, amicaux et bricolos bonhommes qui ont croisé notre chemin en Nouvelle Zélande….

Un grand merci à toute la famille Meek. Nous n’oublierons pas votre générosité ni votre joie de vivre !

C’est déjà la fin de notre séjour à Raglan, car aujourd’hui nous partons pour Auckland. Et la semaine prochaine… La Nouvelle Calédonie ! Oui !!!

Publicités