Aux petits bonheurs de Raglan

Nous voici parvenus à Raglan, petite ville du Waikato connue pour ses surfers et ses artistes, ses grosses vagues et ses orques.

Nous avons passé une première semaine chez Phil et Emily, dans leur petite ferme perdue au milieu des collines, mais bousculée par les cris de quatre marmots agités et joueurs.

Sylvain a adoré construire une maison pour les poules.

Qu’il réfléchit déjà à concevoir pour lui-même un poulailler roulant, qui nous suivrait au fil de notre route…

Moi je suis tombée sous le charme d’un petit agneau de quelques jours (si mignoooooon !), abandonné par sa mère (rrrrrrho !), et recueilli par Phil et Emily. Je devais m’occuper de lui, le nourrir au biberon. Il me suivait partout !

J’en ai la larme à l’œil quand j’y repense…

Mais en contrepartie de cette tâche adorable, j’ai eu à endurer une sacrée épreuve, digne d’un épisode de Fort Boyard, mais en pire. Je devais ramper sous la maison pour découper et retirer de grandes bâches en plastique qui recouvraient le sol. Ramper dans la pénombre, dans un sous-sol rempli d’araignées poilues, de scolopendres et autres espèces non-identifiés. Ramper dans l’eau croupie, respirer calmement pour ne pas sombrer dans la claustrophobie, apercevoir ses bestioles qui gigotaient autour de moi, sur moi… Et bien je suis fière de vous déclarer que je suis sortie victorieuse de cette étape, après plus de 4 heures passées dans les bouches de l’enfer ! Si j’ai tenue le coup, c’est bien sûr grâce à mon esprit téméraire et ma bravoure légendaire, mais aussi je l’avoue grâce au petit agneau, qui me suivait vraiment partout.

Mis à part cette péripétie, notre séjour à Raglan a été rempli de petits bonheurs en pagaille, telles nos randonnées sur les deux versants du Mont Karioi

Nous permettant des vues aériennes sur la mer de Tasman

Nous avons pu distinguer le Mont Taranaki, seul endroit de l’île du Nord que nous n’avons pu explorer.

Mais les gorges de Te Toto,

Et les chutes de Bridal Veil valaient également le coup d’oeil.

Ensuite nous avons séjourné chez Rose et Geoff les parents de Phil, qui avaient à notre disposition une sorte d’appartement privé-de luxe

Avec vue sur la mer :

Et un billard à notre disposition qui plus est.

Nous sommes aussi partis à la pêche aux moules sur la plage d’à côté.

Car s’il y a bien quelque chose que nous avons appris en Nouvelle Zélande, c’est bien l’esprit « do it yourself ». Que ce soit pour cultiver son propre jardin, déguster les œufs de ses poules ou le cerf de sa forêt, réparer le frigo, le lit, la chaussette, le toit, la fourchette… Et bien sûr l’incontournable de la pêche aux poissons, crustacés et coquillages ! Et c’est vrai que les moules, comme les mûres, ont une autre saveur quand on les a ramassées soi-même…

Nous avons profité de la bonne ambiance locale pour goûter à une soirée musicale au bar du coin (Raah, ça nous manquait !), et pour notre dernier jour Geoff, saxophoniste et animateur à ses heures à la radio locale, a fait une émouvante dédicace à « ses amis français Elise et Sylvain » (en anglais ça donne plutôt « iliz and sylver »), et L‘Accordéoniste d’Edith Piaf a résonné comme notre chanson d’adieu.

Un des fils Chris, artiste-recycleur et joyeux luron nous a même ouvert les portes de son atelier, nous révélant ses secrets de fabrication

Et on s’est amusé à réaliser une drôle d’horloge ensemble, que l’on a nommé « l’étrange Bob » !

C’est un beau cadeau que nous ramènerons dans nos bagages, en souvenir de tous les originaux, rustiques, amicaux et bricolos bonhommes qui ont croisé notre chemin en Nouvelle Zélande….

Un grand merci à toute la famille Meek. Nous n’oublierons pas votre générosité ni votre joie de vivre !

C’est déjà la fin de notre séjour à Raglan, car aujourd’hui nous partons pour Auckland. Et la semaine prochaine… La Nouvelle Calédonie ! Oui !!!

Publicités

Au bord du lac Tarawera

Nous venons de passer deux belles semaines au bord du lac Tarawera, prêt de Rotorua.

Coup de coeur, 10 mois plus tôt

C’est un petit bijou qui nous a attirés dès que nous sommes arrivés en Nouvelle-Zélande, en septembre dernier. La vie semblait si douce, au bord du lac ! Et le Mont Tarawera semblait veiller sur cette nature encore préservée (et pourtant il est plutôt menacant, lors d’une éruption en 1886, il a détruit un village entier)…

Septembre 2011

Alors quand Liz et Mike nous ont proposé de venir les aider un peu dans leur maison au bord du lac, nous n’avons pas hésité longtemps avant de les rejoindre.

Nos hôtes savaient profiter de la vie, et aimaient partager avec nous les petits bonheurs de leur cru. Nous sommes allés pique-niquer sur leur bateau, au milieu du lac.

Surtout nous avons fait une magnifique randonnée au fil de l’eau

Et nous avons marché jusqu’à à des sources chaudes délicieuses !

Nos tâches étaient variées : du jardinage au découpage du bois…

Ceux qui ont vu le film « Fargo » comprennent mon malaise face à la broyeuse…

Sylvain a construit une table à partir d’un rondin de bois, je devais peindre des oiseaux sur des chauffages

Nous nous sommes occupés des deux petits chiens… Bref, on avait la vie douce et tranquille !

Alors nous garderons toujours dans un coin de nos têtes l’image de ce petit coin charmant

Qui ne perdait pas son charme à la nuit tombée.

Nous avons déjà repris la route vers d’autres horizons ! La fin de notre séjour en Nouvelle-Zélande se profile, mais il nous reste toujours à découvrir…

The Tongariro Alpine Crossing

C’est une des randonnées les plus populaires de Nouvelle-Zélande, et pour cause ! Au cœur de Tongariro National Park, cette marche traverse les volcans dans un décor lunaire et surréel à la fois :

Et vous fait découvrir des points de vue spectaculaires. Certaines photos prises dans le parc font d’ailleurs la une des magazines et guides de voyage, comme celui des frogs-in-nz.

Cela faisait deux fois déjà qu’on essayait de la faire cette célèbre marche, et à chaque fois nous étions déçus de ne pouvoir découvrir ses trésors, à cause d’une météo capricieuse. Alors, quand on est arrivé dans les parages sous un ciel clément nous permettant d’admirer le mont Ruapehu :

Et quand nos hôtes nous ont appris qu’un ciel sans nuage ici, c’était rarissime, nous avons tout de suite réservé notre taxis-bus, et joyeux comme des louveteaux nous nous sommes précipités sur le sentier de randonnée.
On peut vous dire qu’on n’a pas été déçu. Admirez par vous-mêmes !

Certains cinéphiles pourront reconnaître « la montagne du destin » sur cette photo du volcan Ngauruhoe, eh oui ce fut un des lieux de tournage du célèbre Seigneur des anneaux.

Les trois principaux volcans qui composent ce parc national sont toujours en activités et la dernière éruption importante date de 1995, espérons qu’ils nous laissent finir notre randonnée…

Avec de tels paysages on se sent comme dans une bulle voyageuse. Isolés et heureux sur notre île on se déconnecte complètement des actualités mondiales et françaises. Mais tout de même, pour les élections présidentielles nous nous sommes réveillés un peu avant 6h du matin, pour apprendre en direct le score final. Et là encore nous n’avons pas été déçus ! Pour fêter l’évènement, nous avons préparé avec deux autres copains frogies un bœuf bourguignon ! Et on rentrera de notre voyage le cœur moins maussade…

Abel Tasman Coast Track

C’est une des Great Walks les plus célèbres de Nouvelle-Zélande : les plages orangées, les criques sauvages, et les points de vues idylliques du parc national Abel Tasman attirent chaque année randonneurs et kayatistes par centaines.
Malgré la trop grande notoriété de cette marche de quatre jours, qui menaçait notre parcours d’être trop encombré, nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure…

Et nous n’avons pas été déçus !

S’il est vrai que les deux premiers jours nous avons dû saluer plusieurs dizaines de fois des randonneurs qui croisaient notre route (après «good day », « hi », « hey guy », tu finis par te taire et tu leurs souris, c’est bien suffisant), les deux derniers jours étaient si calmes que nous avons profité de notre dernière nuit seuls dans le campement face à la mer.

Les points de vues étaient comme promis de la partie :

Les plages paradisiaques aussi :

Et nous avons fait quelques jolies rencontres :

C’était le paradis de l’ Oystercatcher !

Et les fous australs se plaisaient à survoler les eaux à la recherche de nourriture…

De même que les cormorans, qui s’accordaient également de longues pauses au soleil.

Même les arbres nous étaient sympathiques ! Il n’y a eu que le possum qui nous a dérangés, en grattant toute une nuit à notre tente…

Bref, nous avons profité de chaque instant !

Nous avons également appris pas mal de chose sur l’art de randonner léger (lorsque l’on doit porter sa nourriture pendant plusieurs jours) : pour un sac moins lourd, investissez dans un petit réchaud plutôt que d’utiliser votre vieux gros cooker qui prend toute la place et pèse plusieurs kilos ! Par contre, n’oubliez pas les petites choses essentielles et légères, comme une éponge, ou des épices.
C’est que nos repas étaient un brin fadasses…

Parmi les multiples plaisirs procurés par cette belle randonnée, il y a eu celui du sac qui se vidait de jour en jour, et du dos qui se sentait peu à peu libéré. Il y a eu aussi celui de se régaler de moules ou de coques ramassées au fil des plages !

Mais le principal plaisir, c’était celui des pas qui ne sentaient plus la fatigue, parce qu’ils n’étaient guidés que par nos regards curieux et contemplatifs. Quel bonheur que d’apprécier la beauté des choses, comme de vrais cadeaux !

Quant au retour en water-taxi, c’était un peu décevant : le bateau était si rapide que nous n’avons rien vu, si ce n’est les vagues prêtes à se casser sur nos gueules !

Et maintenant nous avons pris goût aux randonnées de plusieurs jours, on recommencera c’est certain.

C’est que nous sommes de vrais aventuriers de l’extrême, voyez-vous !

Les Marlborough Sounds

L’été nous sourit joyeusement pour ce mois de janvier en Nouvelle-Zélande, et pour l’occasion nous partons découvrir les alentours de Nelson avec notre ami Antoine, fraîchement débarqué.

Première étape de notre Road-trip : les Marlborough Sounds Ceux sont des bras de mers qui s’engouffrent dans les terres, formant de îlots, des presques-îles et des enchevêtrements de criques et de forêts.

Des randonnées de plusieurs jours dans les « sounds » (bras de mer) s’offrent à nous, et nous espérons partir à la découverte du célèbre Queen Charlotte track, ou bien du plus sauvage Nydia Track. Hélas pour les randonnées de plusieurs jours, plusieurs difficultés s’imposent à nous : tout d’abord aucun de nous n’a encore de tente (c’est que ça coûte la peau des fesses ici), et les refuges sont tous réservés et complets longtemps à l’avance. De plus, les randonnées ne font pas de boucle, il nous faut donc trouver un autre moyen de retour. A cela s’ajoute le prix plutôt élevé pour s’offrir ce type de marche, enfin une météo capricieuse…. Il nous faut donc renoncer à cette grande randonnée, à contre cœur !
Pour la prochaine fois on le saura : il nous faudra une organisation impeccable.

Heureusement, il nous est toujours possible de profiter des environs, grâce à de courtes marches qui nous donnent un aperçu de la beauté des paysages.

Les garçons se consacrent à la pêche (pour l’instant nous restons sur notre faim, mais avec un peu de patience et d’entraînement… On se régalera bientôt !)

Nous admirons les grandes fougères endémiques, souvent argentées

Et nous faisons encore de belles rencontres !
Roger le coquillage nous présente sa nacre colorée,

Popeye le crabe nain est toujours fier de ses gros bras,

Le Weka habituellement si rare ne se montre pas farouche

Et les Dauphins Coco et Pipo nous émerveillent de leur superbe petit ballet aquatique !

Notre prochaine aventure débutera demain le 14 janvier : Abel Tasman, et sa randonnée côtière de 4 jours , et cette fois-ci, nous avons tout bien réservé !